Le naufrage du Britannic

334

Quel est le point commun entre l’infirmière Violet Jessop, le chauffeur Arthur John Priest, le Titanic et l’île cycladique de Kea ?

Réponse : le paquebot Britannic.

C’est le frère jumeau de son tristement célèbre frère, le Titanic, dont le naufrage a été fortement médiatisé et romancé. Violet Jessop et Arthur John Priest ont eu la malchance de connaître les naufrages des deux navires.

Et figurez-vous que le naufrage du Britannic se produisit il y a 101 ans exactement aujourd’hui au large de l’île de Kea, dans les Cyclades. Le 21 Novembre 1916, le paquebot de la White Star Line sombrait en un peu moins d’une heure au large de Kea, dans le détroit séparant l’île du continent.

A la fin de la première décade du 20ème siècle, la compagnie White Star Line lance la construction de trois géants des mers transatlantiques : le Titanic, l’Olympic et le Britannic. Ce dernier fut construit entre 1911 et 1915, profitant ainsi du retour d’expérience des erreurs de conception du Titanic.

Lancé en pleine première guerre mondiale, le Britannic ne fera jamais de voyage commercial car il est aussitôt transformé en navire hôpital pour les troupes Britanniques. Il est donc repeint en blanc, arbore d’immenses croix rouges sur ses flancs et reçoit tous les équipements médicaux nécessaires pour 3000 patients, dont s’occupe un équipage de 1000 personnes.

Entre 1915 et début 1916, le navire effectue 5 voyages entre l’Angleterre et le Nord de la mer Égée ou les troupes Britanniques livrent la bataille des Dardanelles.

Son sixième et dernier voyage commence le 12 Novembre 1916, une nouvelle fois vers les Dardanelles. Lors de son voyage de retour, le matin du 21 Novembre, au Nord-Ouest de l’île de Kea, le Britannic est victime d’une explosion. Il transporte alors 1125 personnes. Le capitaine met aussitôt le cap vers la baie d’Agios Nikolaos. Le navire coule cependant en moins d’une heure. Le naufrage est  accéléré par le fait qu’à cette heure toutes les fenêtres et hublots étaient ouverts pour ventiler le paquebot. Les passagers sont évacués par canots de sauvetage vers l’île de Kea.

On comptera 30 victimes au total. Les rescapés sont secourus sur l’île et pris en charge par les autorités Grecques et par des navires croisant dans la zone.

L’enquête ne conclura pas sur la raison du naufrage, mais beaucoup pensent à une mine flottante Allemande. D’ailleurs, une semaine plus tôt, le paquebot Français Burdigala, transformé en transporteur de troupes, coula lui aussi au large de Kea après avoir percuté une mine Allemande.

L’épave du Britannic repose par moins de 120 mètres de fond sur le flanc droit. Elle fut redécouverte par le commandant Cousteau en 1975 et est souvent le lieu d’organisation de sorties de plongée.

Les habitants de Kea, eux, se rappellent que pendant plusieurs années on récupéra sur les rivages de l’île toutes sortes d’objets, et que parfois au détour d’un village ou d’une ferme, on voyait les habitants installés sur de drôles de chaises longues de transatlantiques.

Références des photographies d’époque trouvées sur Gallica :

Référence Wikipedia :