Fête Nationale Grecque du 25 Mars

2588

Aujourd’hui,  La Grèce Autrement vous explique la signification de la fête du 25 Mars, une des deux fêtes nationales Grecques avec celle du 28 Octobre. Si cette dernière renvoie aux événements de la deuxième guerre mondiale (le non des Grecs à l’ultimatum posé par Mussolini), celle que nous fêtons aujourd’hui commémore des événements plus lointains et fondateurs de la Grèce moderne : le début du soulèvement Grec et le déclenchement de la révolution du 25 mars 1821 qui conduira, après une lutte de presque 10 ans, à la création d’un état Grec indépendant.

En 1821, cela fait près de 400 ans que les Grecs, et plus globalement les Balkans, sont sous l’emprise des Ottomans (la chute de Constantinople assiégée par les Ottomans date de 1453). Les idées libérales des deux grandes révolutions de la fin du 18ème siècle, la révolution Française et la révolution Américaine, se propagent. Petit à petit, des Grecs de l’étranger s’associent à des Grecs influents de toutes les régions de Grèce et forment des sociétés secrètes destinées à collecter des fonds, convaincre les grandes puissances étrangères (Russie, France, Angleterre) et structurer des relais en Grèce et à l’étranger pour préparer l’insurrection. L’objectif en vue est clair : rendre son indépendance au pays.

Monument commémoratif de la Filiki Etairea à Patmos
Monument commémoratif de la Filiki Etairea à Patmos

La société secrète la plus connue fut la Filiki Etairia (Φιλική Εταιρεία), littéralement la société amicale, fondée en 1814 à Odessa par Emmanuel Xánthos, un Grec originaire de l’île de Patmos (archipel du Dodécanèse). Malgré des débuts difficiles tant pour le recrutement que pour son financement, l’organisation parvient progressivement à prendre le leadership de l’ensemble des sociétés secrètes existantes et s’attache à transformer le fort sentiment national Grec en insurrection. Un des tournants majeurs se produisit en 1820 avec le recrutement du Grec Alexandre Ypsilántis qui va restructurer la société, accroitre ses financements et son influence.  A cette époque, Filiki Etairia compte plus de 1000 membres dont une forte proportion (plus de la moitié) est constituée de commerçants et d’armateurs. Les autres membres sont des enseignants, des avocats, des fonctionnaires et des ecclésiastiques. La majorité des membres (les trois quarts) habitent à l’étranger (Russie, France, Constantinople) d’où ils collectent des fonds et font circuler leurs idées. Parmi les hommes d’église membres de la société présents en Grèce, un homme va plus particulièrement se distinguer, le métropolite (évêque orthodoxe) de Patras (grande ville du Nord-Ouest du Péloponnèse) Germanos.

Germanos Gotzias est né en 1771 à Dimitsana, un petit village d’Arcadie dans les montagnes du Péloponnèse. Homme d’église et acquis aux idées révolutionnaires, il prêta serment et devint membre de la Filiki Etaireia. Il s’employa alors à structurer la société dans sa section du Péloponnèse en agissant dans l’ombre de Paparrigopoulos, l’homme clé tête de pont de la société secrète dans la péninsule. Ainsi, c’est lui qui le conseilla en 1820 de former une courte alliance avec le pacha d’Epire, Ali Pacha de Ioannina, ouvertement en rupture avec Constantinople. Cependant, en Janvier 1821, Ali Pacha sentant le vent souffler en sa défaveur se rapproche de nouveau du pouvoir de l’Empire Ottoman et révèle l’existence de la société. Il faut désormais agir vite pour à la fois profiter de la concentration de troupes Ottomanes loin du Péloponnèse, autour de Ioannina, mais aussi pour bénéficier d’un effet de surprise efficace pour l’ensemble des relais de l’organisation secrète partout en Grèce. Alors même que la situation s’aggrave avec l’arrestation de deux agents en Serbie et à Thessalonique, Alexandre Ypsilántis décrète depuis la Moldavie le début de l’insurrection en Grèce pour le 25 mars en misant sur le soulèvement du Péloponnèse, avec comme relais Germanos et Paparrigopoulos.

Ainsi le 25 Mars marque, avec la bénédiction par Germanos des insurgés et de leur étendard de la liberté, le début d’une révolution Grecque et d’une guerre d’indépendance qui va durer 9 ans jusqu’au traité de Londres en Février 1830 qui reconnaîtra officiellement l’indépendance de la Grèce avec un territoire couvrant le Péloponnèse, les Cyclades et une petite partie du continent au Nord d’Athènes. Il faudra attendre 1947 après différents soulèvements, guerres, traités, conférences internationales pour que la Grèce se définisse dans ses frontières actuelles.

Bien entendu le 25 mars est un jour férié en Grèce. C’est l’occasion de deux types de défilé : un défilé militaire à Athènes ou Thessalonique mais aussi partout en Grèce, jusqu’à la plus petite des îles où le plus petit village de montagne, un défilé des enfants des écoles et des clubs de sport derrière le drapeau national dont les neufs bandes symbolisent les 9 syllabes de la devise des insurgés grecs : Eleuteria i thanatos (la liberté ou la mort).