Thessalonique : architecture

165

Nous l’avons vu dans notre publication de la semaine dernière : Thessalonique a été dès son origine à la croisée de grandes routes commerciales et son histoire fut à la fois très agitée et très riche. Cette histoire a laissé un patrimoine architectural important et divers.

En synthèse, la ville présente les 6 ordres architecturaux hérités de son passé : Antiquité Grecque, Antiquité Romaine, empire Byzantin, domination Ottomane, styles néoclassique et moderne.

Antiquité Grecque et Romaine : la ville a gardé peu de traces de son passé antique Grec, la domination Romaine ayant occupé et réorganisé la ville sur la base des fondations Grecques en réemployant les matériaux (marbres et briques). Par contre, les traces des constructions Romaines sont nombreuses : le forum romain est encore a ciel ouvert en plein centre ville avec les ruines de son théâtre, de ses entrepôts voûtés et de ses colonnades. De même la rotonde, qui fait partie de l’ancien centre politique de Thessalonique sous Galère (300 ap. J.-C.) résume à elle seule une partie de l’histoire de la ville. Elle a pour origine le mausolée circulaire élevé au 4ème siècle à l’intention de l’empereur Galère. Au siècle suivant, le mausolée fut transformé en église par agrandissement de la rotonde et ajout d’une abside à l’Est. Elle devint ensuite, sous l’occupation Ottomane, une mosquée. L’intérieur était orné de mosaïques sur fond or dont quelques-unes subsistent.

Rotonde Romaine, transformée en Mosquée.
Rotonde Romaine, transformée en Mosquée.
Mosaïques antiques
Mosaïques antiques

Période Byzantine : L’époque de l’empire Byzantin a laissé à Thessalonique un patrimoine religieux très important. De nombreuses églises et chapelles parsèment la ville. Malgré le terrible incendie de 1917 qui détruisit les 3/4 de la ville, la lutte des habitants et des pompiers pour les protéger des flammes ainsi que la priorité mise ensuite à leur restauration, ont permis de laisser ce patrimoine quasiment intact. On citera les églises de Agia Sophia. Au nord du forum romain se trouve la basilique Saint-Dimitri construite sur les vestiges des Thermes où la tradition place le lieu de la prison et du martyre de ce saint. Les constructions plus modestes telles que Saint-Pantéléimon, les Saints-Apôtres, Saint-Nicolas-Orphanos sont toutes aussi des églises à l’architecture Byzantine remarquable tant à l’extérieur que pour leurs nombreuses fresques.

Eglise Agios Demetrios
Eglise Agios Demetrios

Période Ottomane : La domination Ottomane a laissé de nombreux monuments dans le centre ville et de nombreuses maisons particulières dans la ville haute (la majorité des maisons particulières de style Ottoman de la ville basse ayant été détruite par l’incendie de 1917). Ainsi on compte des mosquées, des hammams ou des anciens marchés. Peu à peu restaurés ils sont aujourd’hui transformés en commerces ou lieux culturels. Les mosquées ont pour la majorité d’entre elles perdues leur minaret, abattus dès 1912 lorsque la ville gagna sont indépendance et redevint Grecque. Parmi les bâtiments les plus remarquables on citera : les mosquees Hamza Bey, et Yeni, les bains Bey, Yahudi et Yeni, l’ancien marché Bezesteni. Les maisons Ottomanes de la ville haute sont reconnaissables à leur 1er étage dépassant sur la rue avec moucharabiers.

Maisons Ottomanes de la vieille ville.
Maisons Ottomanes de la vieille ville.

Période Néoclassique : Même si Thessalonique était encore sous domination Ottomane, la fin du XIXème siècle vit la ville se développer sur le front de mer et « hors les murs ». La bourgeoisie commerçante, pour partie Ottomane ou Juive, construisit alors de magnifiques résidences de style néoclassique, style architectural né de l’indépendance de la Grèce au début des années 1930. Le style architectural néoclassique de Thessalonique est néanmoins différent de celui d’Athènes : il fut influencé par les styles Art Nouveau occidentaux mais aussi par le style Ottoman. Malheureusement, la folie immobilière des années 1960 et 1970 a fait disparaitre bon nombre de ces somptueuses demeures. Il reste notamment sur l’avenue de la reine Olga quelques très beaux spécimens, pour la plupart devenus le siège de centres culturels ou de services publics.

Synagogue
Synagogue

Période Moderne : L’incendie de 1917 laissa la ville ravagée à 75%. Le gouvernement Grec demanda alors à un architecte Francais (Mr Hebrard) de proposer un plan d’ensemble pour Thessalonique en développant un style nouveau. Le Français proposa de reconstruire la ville sur un plan plus espacé, tout en respectant les grands axes de communication hérités de l’Antiquité. Le style architectural choisi était un mélange d’Art Nouveau et d’art Byzantin. Malheureusement, seule la place Artistotelous et la perspective du même nom partant du forum Romain et descendant à la mer fut construite. Cette ensemble architectural est remarquable et son style influença aussitôt la construction de quelques bâtiments commerciaux ou logements particuliers un peu partout en ville. Néanmoins, la poussée immobilière des années 1960 poussa à abandonner ces styles autochtones et de nombreux immeubles furent rasés pour construire des ensembles plus hauts et plus vastes, mais dans un style occidental dépersonnalisé.

Aux premiers abords, Thessalonique peut désarçonner par son architecture éclectique et dominée par ce style impersonnel des années 70. Cependant, dès qu’on s’y intéresse de plus près, on embrasse l’ampleur des styles architecturaux présents dans la métropole et la richesse de son histoire. Cette découverte justifie à elle seule un city break dans cette métropole du nord de la Grèce et des Balkans.